MENÜ

Le blog des Harpes Camac

Blog > À la une > Highest Concert, le plus haut concert du monde

Highest Concert, le plus haut concert du monde

The Highest Concert in the World« Faire descendre un piano au fond d’une mine de sel [a été] relativement simple, mais le concert dans l’Himalaya s’est avéré être un défi un peu plus compliqué. » – Desmond Gentle,  Camden Piano Rescue.

Chez Camac, nous avons le goût de l’aventure et les péripéties (de l’Antarctique à Addis-Abeba) des harpistes sont très nombreuses. L’une de nos harpes celtiques Janet prend de l’altitude pour participer au PLUS HAUT CONCERT DU MONDE qui aura lieu le 6 septembre 2018 au profit de l’association Cystic Fibrosis Trust UK. Cette Janet sera jouée par Siobhan Brady, lauréate de notre récent concours à Londres. Nous sommes très heureux d’apporter notre soutien à cette prestation de Siobhan, là-haut, dans la montagne, où la harpe va rejoindre son grand frère piano. Et puis, cela donnera l’impression qu’il est facile de déplacer des harpes, car finalement tout est relatif. 

Ce projet a été imaginé par Desmond Gentle de Camden Piano Rescue (qui a à son actif une impressionnante liste d’actions musicales caritatives) avec la collaboration d’une équipe d’artistes, d’organisateurs, de scientifiques environnementaux du monde entier, notamment le célèbre pianiste et compositeur Alex Stobbs, lui-même atteint de la mucoviscidose.

Ce Highest Concert fait suite au Deepest Concert, qui s’est déroulé l’an dernier dans la mine de sel Salina Turda en Roumanie. L’air dans les mines de sel est fortement ionisé et la pression atmosphérique est plus forte, ce qui est souvent utilisé pour soulager des problèmes respiratoires. Pour le Highest Concert, il est difficile de respirer à 5500 mètres d’altitude, et de jouer de la musique, et cela demandera plusieurs jours d’acclimatation auparavant. Camden Piano Rescue avait fait don d’un petit piano à une école d’un village isolé, à Lingshed (ce qui avait été, à 4250 mètres d’altitude, la livraison de piano la plus haute du monde. Michal Sulima a réalisé un documentaire à ce sujet en 2018). Desmond y retourne chaque année pour l’accorder. « J’ai été abasourdi », raconte-t-il, « de me retrouver à devoir mesurer chaque pas et de devoir me battre pour chaque bouffée d’air alors que je suis habituellement fort et autonome. » Ces concerts ont permis de réveiller les consciences quant aux problèmes respiratoires dus à la pollution et à la maladie.

L’équipe du THC ne se contentera pas d’une harpe et d’un piano forte, elle va également construire une salle de concert géodésique à partir de bouteilles en plastique recyclées. Cette salle restera ensuite pour servir de prototype d’abri de secours pour les trekkers, tandis que le piano sera offert au Students’ Educational and Cultural Movement of Ladakh (SECMOL).

Alex Stobbs

Alex Stobbs utilise un casque Plantronics 6200 HD, pour répéter virtuellement avec Siobhan Brady.

Un autre point intéressant de ce projet tourne autour d’un sujet très abordé chez les musiciens de nos jours : le rôle de la technologie dans la collaboration artistique. Alex Stobbs a utilisé Microsoft Teams pour travailler en ligne avec les artistes tout en évitant les longs trajets qui s’avèrent difficiles dans sa condition. « Cela nécessite une caméra haute définition et un micro pour avoir une meilleure qualité audio/vidéo », explique le directeur de la communication du projet, Sean Brady, « montée sur un Segway, ce qui donne à l’utilisateur la possibilité de se déplacer et d’interagir avec les gens d’une manière plus personnelle que lors d’une conférence téléphonique traditionnelle. Le haut-parleur peut également amplifier la voix du locuteur pour faire des présentations sur scène tout en limitant la distorsion. Cela offre donc de nombreuses possibilités quant à la direction des répétitions. »

Il est normal d’imaginer que les luthiers ou restaurateurs d’instruments vivent un peu dans leur bulle, plutôt en marge, restant entre pairs et levant rarement les yeux de leurs échantillons de cordes. Mais Desmond Gentle et son équipe montrent qu’en réalité, les luthiers et fabricants, quels qu’ils soient, peuvent apporter leur pierre à quelque chose de beaucoup plus vaste. La musique ne s’adresse pas qu’aux musiciens ; elle peut permettre aux cultures de s’exprimer et de s’unir, elle peut nourrir le développement cognitif, moteur et émotionnel des enfants, elle peut créer un élan créatif pour des causes caritatives, attirer l’attention sur d’autres sujets… et tellement plus encore.
Les réalisateurs de Piano to Zanskar accompagneront également ces musiciens alpinistes. Nous avons hâte d’avoir de leurs nouvelles et nous souhaitons bonne chance à tous ceux qui sont partie prenante dans cet audacieux et créatif projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.