MENÜ

Le blog des Harpes Camac

Blog > Prochainement > Rencontres sud-américaines à L’Espace Camac

Rencontres sud-américaines à L’Espace Camac

 

Rencontres Sud-Américaines 2018

Nous organisons à l’Espace Camac à Paris le 11 février prochain une journée dédiée à la musique sud-américaine, parrainée par Isabelle Moretti. De 14h à 17h, Marisela Gonzalez, Professeur de Harpe au Conservatoire Mozarteum et à l’Université Simón Bolívar à Caracas (Venezuela) donnera une masterclasse. 

Parallèlement à l’enseignement, Marisela a été Harpe Solo au sein de l’Orchestre Symphonique du Venezuela de 1987 à 2002, a publié un livre sur le répertoire pour harpe sud-américain et a créé et enregistré diverses œuvres ainsi que des pièces de musique traditionnelle vénézuélienne interprétées à la harpe à pédales. Elle vient en France afin de travailler avec les élèves du Conservatoire de Paris et nous mettons l’Espace Camac à disposition afin d’étendre cette opportunité aux autres étudiants. Il n’est pas obligatoire de présenter de la musique sud-américaine lors de la masterclasse, mais si vous en travaillez actuellement, c’est une occasion à ne pas manquer !

A 18h, Gabriela Russo montera sur la scène de l’Espace Camac. Gabriela est Harpe Solo de l’Orchestre de Córdoba et professeur au Conservatoire Félix T. Garzón également à Córdoba en Argentine. Tout au long de sa carrière, elle s’est spécialisée dans le répertoire argentin et contemporain. Son programme à Paris comportera des œuvres de Maiztegui, Aguirre, Gianneo, Cervo, Ginastera et Piazzolla, parmi lesquelles quelques transcriptions et, en grande majorité, des pièces composées pour harpe à pédales.

Vous pourrez notamment y entendre la Sonatine pour harpe de Ginastera, une œuvre magnifique mais relativement peu jouée, dû au fait que Ginastera n’a pas empêché quiconque de jouer sa Sonatine, mais a interdit toute reproduction ou publication de la partition. Personne ne sait réellement pourquoi, mais on pense que c’est parce qu’il l’a composée avant son Concerto pour harpe et que le succès spectaculaire de ce dernier a fait passer la Sonatine au second plan. « Personne ne s’y intéressait », explique Gabriela. « Il est vrai que le troisième mouvement de la Sonatine rappelle des motifs mélodiques et rythmiques du concerto, mais c’est dommage de ne pas considérer cette pièce comme une œuvre à part entière. »

Gabriela porte un intérêt tout particulier à la musique argentine ainsi qu’à la musique contemporaine et ces répertoires se recoupent souvent comme le montrera le reste de son programme. Par exemple, les différents “Triste” de Julián Aguirre associent les rythmes traditionnels aux écritures mélodiques et harmoniques. Astor Piazzolla (Gabriela interprètera “Adios Nonino”, et pas « L’Histoire du tango »), bien entendu, a emmené le tango argentin au sein de la musique classique. Piazzolla a fait ses études avec Ginastera ainsi qu’avec Nadia Boulanger à Paris. La modernité chromatique de ses tangos lui ont valu d’être critiqué par certains compositeurs de tango, avant d’être plus tard reconnu par les intellectuels et les musiciens de rock.

Gabriella Russo, Arpa

Gabriela a enregistré les diverses œuvres qu’elle interprétera à Paris, ainsi que quelques pièces du répertoire pour harpe comme la Suite Norteña d’Ángel Lasala . 

L’entrée est gratuite, mais comme d’habitude, il est nécessaire de réserver vos places auprès de Sébastien et Olivier :

Espace Camac Paris
92, rue Petit – 75019 – Paris – France

+33 (0) 1 40 40 08 40

[email protected]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.