Le blog des Harpes Camac

Blog > À la une > Ailie Robertson, harpiste multi-talents

Ailie Robertson, harpiste multi-talents

Ailie Robertson possède le talent remarquable de rencontrer autant de succès comme harpiste qu’en tant que compositrice. C’est un grand honneur de la présenter en concert à l’Espace Camac.

Originaire d’Édimbourg, Ailie a reçu cinq fois la médaille d’or du Royal National Mòd, et finaliste du BBC Young Traditional Musician of the Year. Elle a beaucoup enregistré, avec trois albums à son actif ; son premier album « First things first » a remporté le prix Live Ireland du « Meilleur enregistrement instrumental de l’année ».

Ailie Robertson Photo: ©Archie McFarlane

Ailie Robertson avec sa DHC 32 Photo: ©Archie McFarlane

En tant que musicienne multi-facettes (harpiste, compositrice, enseignante), nous lui avons demandé si chaque discipline nourrit l’inspiration de l’autre ?

« Oui, absolument. Je pense que les trois discipline sont vraiment entrelacées pour moi – en tant que harpiste, je comprends bien comment écrire pour l’instrument, alors composer pour la harpe est très plaisant. »

En tant que compositrice, elle a reçu des commandes de certaines institutions culturelles parmi les plus prestigieuses. Un élément qu’elle essaie également de communiquer dans son jeu :

« Les pièces que je compose pour d’autres instruments et ensembles me donne des idées de nouvelles couleurs et textures à rapporter et à essayer sur la harpe. »

Elle se produit et enseigne dans le monde entier, dans le cadre de masterclasses, d’ateliers et de cours individuels.

« J’aime aussi écrire et arranger des morceaux pour mes élèves, et essayer de trouver des moyens de garder la musique fraîche et passionnante, du niveau élémentaire aux niveaux les plus avancés. J’organise également un nouveau cours en ce moment sur « comment vaincre l’anxiété de la performance pour les harpistes », et cela me force vraiment à examiner comment je pense et me sens quand je joue, et comment nous pouvons enseigner la confiance en soi à nos élèves. »

Ailie Robertson plays on her Camac Aziliz Photo: ©Louise Mather

Ailie Robertson joue une harpe Camac modèle Aziliz Photo: ©Louise Mather

La harpe est un univers véritablement international de nos jours, ce qui signifie que, quel que soit le type de répertoire dans lequel vous travaillez, il vous faut voyager pour rencontrer votre public. Nous avons demandé à Ailie quels étaient les avantages et les inconvénients de cette situation :

« C’est de découvrir de nouvelles cultures et de rencontrer des gens merveilleux du monde entier ! J’adore à quel point notre milieu est interconnecté. J’ai la chance d’avoir joué dans toute l’Europe ainsi qu’aux États-Unis, au Canada, en Australie, en Inde, en Argentine, en Corée du Sud et à Hong Kong ! L’un des inconvénients est bien sûr de prendre l’avion avec une harpe – mais ma Camac DHC32 et sa valise de transport facilitent grandement les choses ! L’autre inconvénient, pour l’instant, c’est que j’ai une fille de 16 mois, alors les voyages internationaux sont encore plus compliqués ! »

Nous sommes fiers que le DHC32 apporte quelque chose de spécial au travail d’Ailie (en plus d’être plus facile à transporter…). Cet été, Ailie prévoit d’enregistrer un nouvel album de harpe et électronique, et elle prépare tout le nouveau matériel avec sa DHC.

Ailie Robertson ©Euan Robertson

Ailie Robertson Photo: ©Euan Robertson

« J’adore la polyvalence de cet instrument. Le son naturel est déjà tellement riche et sonore, mais ensuite, lorsque vous le passez par différentes pédales d’effets, un nouveau monde s’ouvre à vous. Chaque fois que je la branche, je peux me perdre pendant des heures rien qu’en appréciant la gamme de couleurs et de textures que l’instrument peut offrir. »

Malgré le temps passé sur la route, Ailie trouve toujours le temps d’explorer de nouveaux univers sonores. Elle continue de cultiver de nouvelles œuvres, de nouvelles musiques et d’utiliser toutes les phases de sa créativité :

« Je suis en train d’écrire un nouveau duo de harpes, inspiré par le folklore nordique, pour le merveilleux Chroma Duo, ainsi que quelques pièces chorales avec accompagnement de harpe. Sur scène, j’ai pas mal de dates européennes cette année avec mon groupe The Outside Track […] et je suis en train d’organiser des tournées pour un nouveau duo avec le harpiste Adriano Sangineto. »

Et ce n’est pas tout : « Je suis également la programmatrice du Winter Harp Festival en janvier chaque année, il s’agit d’un festival en ligne pour les harpistes du monde entier, et je commence donc à planifier notre édition 2025 ! »

Vous voyez donc que nous avons de la chance qu’Ailie ait trouvé le temps de venir jouer pour nous à l’Espace Camac, le 16 mai 2024. L’entrée au concert est gratuite. La réservation peut se faire sur le formulaire de réservation en ligne ici.

Au plaisir de vous y retrouver !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *